La céramique, oui, mais contemporaine !

Essayez donc de vous asseoir sur le séduisant canapé aux lèvres pulpeuses de Bertrand Lavier exposé à l’Hôtel de Manville : c’est dur comme de la céramique ! Et pour cause : il s’agit bel et bien de céramique… La Bocca, oeuvre épatante du célèbre artiste, est l’une des pièces maîtresses de la section Céramiques contemporaines du festival a-part aux Baux de Provence, dont nous avons mis quelques trésors dans notre petite galerie sur le Web.

Le plus surprenant, pour le visiteur de l’Hôtel de Manville, de la Cure ou de Post Tenebras Lux aux Baux de Provence, c’est ce côté minéral, quasiment vivant des œuvres exposés. Prenez Vague moyenne pour Palissy de Johan Creten : cette forme océane est-elle de l’ordre de la faune ou de la flore ?

A l’inverse, L’envolée aquatique de Flavie Van der Stigghel ressemblerait plutôt à un drakkar céleste ou un animal mythologique en lévitation. Tout aussi étrange est le chaos organisé de Jean-Pierre Formica, dont le soleil aux multiples pièces a pris le nom étrange du lieu qui l’accueille, «Post Tenebras Lux»… Dans un autre genre, il y a ces êtres à la plastique étrange telle La Divinité à tête plate de Christian Astuguevieille

Ou la curieuse Araba assise vert pomme de Damien Cabanes, qui semble attendre en rêvant tandis que nous passons d’une pièce à l’autre, tranquillement sur une marche d’escalier…Ou encore Les marcheurs de Guy Bareff, hommes bleus qui donnent le sentiment de revenir de la fin des temps, ou du moins du tréfonds de la terre qui habite son oeuvre.

Chacun, bien sûr, trouvera de quoi le ravir ou le déplaire aux Baux de Provence. Mieux : durant tout le mois de juillet, il pourra non seulement goûter à toutes ces créations réalisées grâce à la Manufacture de Sèvres, certains artistes en ayant été les résidents, mais aussi découvrir à l’atelier Serra le travail d’une jeune artiste mandchoue, Ye Li, qui utilise le vieux four du village. Allez la voir, ce sera une façon comme une autre de constater que, définitivement, la céramique contemporaine, ce n’est pas que de la déco !